La Joie du Milieu | Christophe Heurtel

La Joie du Milieu

Éveil Spirituel

La Joie du Milieu | Christophe Heurtel à Angers La Joie du Milieu - Prendre rendez-vous avec Christophe Heurtel à Angers La Joie du Milieu | Christophe Heurtel à Angers - Mentions légales

La Joie du Milieu therapeute à Angers | Un accompagnement claivoyant sur la voie du milieu en France à Angers

Christophe Heurtel | Enseignant Spirituel Thérapeute Clairvoyant à Angers

La voie du milieu - Eveil et liberation à Angers

Eveil spirituel & Développement personnel à Angers

La Joie d'être Soi, le bonheur d'être Soi, la liberté d'être Soi à Angers
Développement personnel à Angers
La Joie du milieu - Accompagnement clairvoyant vers l'eveil spirituel et la libération de la souffrance à Angers

La voie du milieu à Angers

Source : wikipédia

La voie du milieu, voie médiane ou voie moyenne (pali : majjhimā-patipadā ; sanskrit : madhyamā-pratipad) est dans le bouddhisme le terme utilisé par Siddhartha Gautama dans son premier sermon qui se réfère au Noble chemin octuple, voie évitant les extrêmes, qui mène à l'éveil et à la libération de la souffrance. L'école Mādhyamika, à travers Nāgārjuna, a développé une conception métaphysique de cette voie du milieu. Sommaire 1 Complaisance et mortification 2 Bouddhisme theravâda 3 École Mādhyamika 4 Références 5 Articles connexes Complaisance et mortification Le terme de voie médiane s'enracine dans le récit de la vie de Gautama Bouddha. Celui-ci a connu deux excès : il a d'abord vécu, comme prince, dans un palais, et a observé la complaisance sensuelle, l'attachement aux sens. Cet extrême serait celui de la recherche avide de plaisirs matériels. Puis, Gautama Bouddha pratiqua les austérités, l'ascétisme. Mais frôlant la mort, en réchappant de justesse, il abandonna également ces pratiques (ses compagnons d'alors comprirent ce revirement comme abandon, défaite, et le laissèrent seul). Ce n'est qu'après que Gautama Bouddha aurait atteint l'illumination, le nirvāna. Le premier sermon du Bouddha annonce cette voie du milieu en tant que quatrième noble vérité, qui correspond au Noble chemin octuple. Il est consigné dans le Dhammacakkappavattana sutta. La voie du milieu signifie donc qu'il faut éviter les extrêmes, et que pour atteindre l'illumination, un style de vie modéré convient2. Bouddhisme theravâda Selon le Visuddhimagga : « La discipline (sīla) consiste à rejeter l'attitude extrême que représente l'attachement aux plaisirs sensoriels. La concentration (samādhi) consiste à rejeter l'autre attitude extrême : la pratique des mortifications. La sagacité (paññā) consiste à suivre la voie du milieu. » (Voir aussi : noble sentier octuble). Le bouddhisme theravada recommande de s'astreindre aux dhutangas. Le jeûne est parfois pratiqué. La pratique du theravada se veut pratique austère, rigoureuse, à l'image de la méditation bouddhique elle-même. Ajahn Chah présente l'expression de voie du milieu comme une image : le bouddhiste tend à abandonner le désir, tant amour que haine, ou, en termes plus précis, tant attachement (rāga) que aversion (dveṣa). Les deux attitudes à éviter sont dans ce cas deux attitudes psychiques déterminées par une intention. On reconnait là l'enseignement du karma comme conséquence d'une volition (cetanā) - la pensée détermine la rétribution karmique de l'acte - ou, selon les mots d'enfant : c'est l'intention qui compte. La voie médiane se fonderait donc sur une primauté du psychique héritée de la conception du karma dans l'hindouisme. École Mādhyamika Article détaillé : Madhyamaka. Le madhymika étend le concept de voie médiane à sa conception du monde, rejetant les extrêmes qui consistent tantôt à affirmer l'existence intrinsèque du réel, tantôt à la nier. Il n'y a que « vacuité », c'est-à-dire coproduction en dépendance, ou coproduction conditionnée: non pas « cela est (dans l'absolu) » ou « cela n'est pas (dans l'absolu) », mais « si ceci apparaît, alors cela apparaît ». Ici la voie médiane dépasse le cadre de simple pratique, travail sur soi, effort de connaître son esprit, pour s'affirmer comme raison philosophique et non-dualité. La connaissance, comprise comme lucidité sur son propre aveuglement, est voie médiane.

LE CHEMIN VERS « L’ÉVEIL » à Angers

La vérité absolue est la mort de toute vérité relative à Angers

Le chemin spirituel n’est pas la légèreté, n’est pas agréable, il n’est pas la quête du « bien-être » ni même la quête du « bonheur ». C’est une quête de vérité absolue à travers sa vérité relative. Il faut être prêt à plonger dans les profondeurs de sa propre obscurité et se voir confronté aux pires des vérités qui crée le voile de l’illusion. Il faut être prêt à voir apparaître la lumière pour ensuite l’abandonner complètement… La vérité recherchée est au-delà de toute croyance, de tout concept, de tout savoir… Cette vérité n’est pas relative, c’est une vérité absolue qui fait s’écrouler toute forme de croyance et de capacité à s’y accrocher. Il faut être prêt à voir son monde s’écrouler, à se retrouver seul dans le néant, à accepter de se rendre et de capituler face à un conditionnement qui fera devenir fou (désespoir) s'il y a encore quelqu’un pour s’y accrocher. C’est être prêt à s’abandonner au désespoir, à s’abandonner à l’idée de mourrir et de ne rien pouvoir y faire… Il n’y a aucun combat dans le sens où l’on puisse l’entendre. Il s’agit d’un combat perdu d’avance et il va falloir que tout abdique sans condition. Il va falloir découvrir le mensonge omniprésent, à l’intérieur comme à l’extérieur. Aucune vérité ne peut apparaitre s'il n’est pas vu que tout n’est que mensonge. Il faut être prêt à ne pas pouvoir être prêt. Prêt au fait qu’il n’y a personne qui puisse être prêt car la vérité absolue est la mort de toute vérité relative. Être capable d’affronter la capitulation comme étant la seule des solutions. Être prêt à voir s’envoler tout désir, être prêt à voir s’éteindre tout concept, toute croyance, être prêt à voir qu’il n’y a plus rien à quoi s’accrocher… Être prêt à découvrir l’essence du malin (mental qui fait croire que tout ne fait qu’un), et pouvoir aussi lâcher cette croyance car tout ce qui est cru n’est que division. Être prêt à voir tous ces paradoxes car rien ne peut être compris, rien ne peut être compris, rien ne peut être compris. Tant qu’il y aura quelqu’un pour comprendre, alors jamais il ne sera vécu que tout ne fait qu’un. Le malin est plus que malin car il fera même croire qu’il faut être prêt à quelque chose… Il faudra bien être prêt pour finir par voir que s'il y a quelqu’un pour être prêt, alors il n’y a que division. Le malin est la division qui fera croire à « quelqu’un » que tout ne fait qu’un. Tant qu’il y a quelqu’un pour se croire « éveillé », « haut en conscience », « spirituel », beau, moche, intelligent, con, ouvert, fermé, réceptif, sensible, hypersensible, insensible… Alors le malin tire les ficelles et la marionnette se croit « libre » et « créatrice ». Le chemin vers l’éveil est la destruction de tout ce qui fait croire en quelque chose. Il n’y a pas d’âme, pas de libre arbitre, pas de créateur, pas de création, il n’y a qu’illusion relative ou vérité absolue. Tant qu’il y a une quelconque résistance, et il y en aura beaucoup en lisant ça, il y a quelqu’un pour résister, alors il y a séparation, alors le « tout ne fait qu’un » n’est qu’une nouvelle illusion du malin. Ne cherche pas la vérité, vois la vérité en abandonnant l’idée que tu puisses la trouver, car s'il y a quelqu’un pour la trouver… Il y a une Joie pure, absolue, illimitée, qui apparait lorsque celui qui est, disparait : La Joie du Milieu http://christopheheurtel.com

LA PIÈCE DE THÉATRE | L'éveil, c'est trop bizarre... ^_^ à Angers

Tant que l'on est celui qui cherche, c'est comme si on attendait de voir une pièce de théâtre. On est assis dans la salle et on espère enfin l'ouverture de rideaux en s'attendant à quelque chose que l'on imagine depuis le début que l'on "connaît" l'histoire de cette pièce. Lorsque qu'enfin les rideaux s'ouvrent, "on s'est fait avoir" ! On est en fait soi-même sur la scène et l'on comprend alors que tout ce qui se passe en coulisse, depuis toujours, était derrière nous, AVANT nous ! On se retourne, car il n'y avait en fait rien devant, il n'y a jamais rien eu, seulement ce que l'on pouvait imaginer... Tout s'est toujours déroulé "dans notre dos" sans que l'on ne s'en soit jamais douté. On s'est fait avoir ! C'était une blague ! Depuis le début, tout se passe avant soi, en coulisse, AVANT soi ! Hahahahahah !!! Alors le "je suis" tombe... Ça n'a plus de sens, tout était à l'envers et tout est vu tel que ça l'a toujours été. Ce "moi" n'est rien d'autre que le dernier maillon d'une chaîne qui le précède. Comme une marionnette qui découvrirait les fils qui la font gesticuler... Elle n'est pas responsable, elle ne peut rien avoir à se reprocher, elle n'est pas responsable, pas coupable... Elle n'a pas mal fait, elle n'est pas prisonnière, elle n'est pas libre, elle n'est pas ce qu'elle croit être... Elle n'est pas. Tout n'est qu'illusion. Tant qu'il y a quelqu'un pour croire, il y a séparation, il y a bénédiction et malédiction. Il y a quelque chose qui est compris, quelque chose qui ne l'est pas. Il y a ce qui convient, il y a ce qui ne convient pas... Tant qu'il y a quelqu'un pour croire, il y a séparation. Tant qu'il y a séparation, il y a souffrance, il y a jouissance... Il y a quelqu'un qui souffre, il y a quelqu'un qui jouit... Tant qu'il y a quelqu'un pour le voir, il y a séparation. Tant qu'il y a séparation, il n'y a qu'illusion. Quoi faire alors...?! Tant qu'il y a quelqu'un pour faire, il y a séparation... Alors je ne fais rien...?!!! Tant qu'il y a quelqu'un pour ne rien faire, il y a séparation. Mais alors il y a toujours séparation puisqu'il y a bien quelqu'un ? Tant qu'il y a quelqu'un pour le croire. Alors comment arrêter de croire que je suis ? Ça ne s'arrêtera jamais tant qu'il y aura quelqu'un pour croire qu'il y a quelqu'un qui est. *************************** ^_^ La Joie du Milieu à Angers ^_^ Christophe Heurtel | Enseignant spirituel de la voie du milieu

Symptomes d'éveil spirituel | Un accompagnement claivoyant sur la voie de l'éveil spirituel en France à Angers

Christophe Heurtel | Enseignant Spirituel Thérapeute Clairvoyant Symptomes à Angers

La voie du milieu - Symptomes Eveil et liberation à Angers

Symptomes d'Eveil spirituel & Développement personnel à Angers

Symptomes de La Joie d'être Soi, le bonheur d'être Soi, la liberté d'être Soi à Angers
Développement personnel Symptomes à Angers
Quels sont les Symptomes d'éveil spirituel, les symptomes de l'éveil de conscience

ESPACE SOINS ALTERNATIFS ANGERS

Shiatsu Diététicienne Nutritionniste Reflexologie Shiatsu traditionnel

Espace de soin partagé thérapeutes à Angers

Prendre soin de soi à Angers dans un espace de soins partagé

Shiatsu tarditionnel à Angers
Centre de SHiatsu à Angers
Espace de soins partagé avec plusieurs thérapeutes praticiens plusieurs pratiques à Angers

ESPACE SOINS ALTERNATIFS
Un espace de soins partagé à ANGERS

Shiatsu Diététicienne Nutritionniste Reflexologie Shiatsu traditionnel

Espace de soin partagé thérapeutes à Angers

Prendre soin de soi à Angers dans un espace de soins partagé

Shiatsu tarditionnel à Angers
Centre de SHiatsu à Angers

L'EGO, SYMBIOTE DE LA CONSCIENCE

L’ego, à l’image d’un symbiote (Spider-man 3 pour illustrer) se nourrit de ce que veux son hôte. La complexité qui réside dans le symbiote qu’est l’ego humain est qu’il se nourrit de ce qu’il fait lui-même croire à son hôte.

Prenons l’exemple du libre arbitre.

Le symbiote va « implanter » un concept au sein de son hôte, ici la vie sous forme humaine que l’on appelle « moi ». C’est déjà ici que le symbiote qu’est l’ego à oeuvrer, le « moi » n’étant qu’une accumulation de concepts, de croyances et d’identification de la vie-même sous l’une de ses infinies formes… À partir de cette identification, le symbiote va construire, sans jamais s’arrêter, une multitude de ramifications entre les concepts et les croyances afin de mettre en place une structure complexe dans laquelle on ne voit ni début ni fin. Il met en place des mécanismes qui vont, à tous les coups, servir ses intérêts de contrôle en diffusant l’illusion de ce même contrôle à son hôte. Le mécanisme est extrêmement bien organisé puisque chaque fois que l’hôte s’imagine avoir un libre arbitre, il renforce le « piège » qui permet au symbiote d’exister. La croyance et le concept de départ sont durcis et vont donc durcir la force de cette illusion. On ne peut pas dire à un symbiote qu’il n’a pas de libre arbitre, sous peine de le renforcer instantanément et de provoquer plus de souffrance chez son hôte… Ce qu’il est possible de faire est d’amener l’hôte à voir, petit à petit, le fonctionnement de ce symbiote et non ce dont il se nourrit car l’hôte ne pourra le voir directement ayant son point de vue altéré par la présence de ce dernier. On ne peut voir son ego directement, mais petit à petit, ses fonctionnements.

Concrètement

Lorsque par exemple l’hôte ressent de la colère de ne pas obtenir ce qu’il veut, le symbiote est nourrit abondamment et cette colère ne cesse de grandir puisqu’elle fait en même temps grandir le symbiote. La frustration qui en découle va générer souffrance et mal-être.

Que se passe t’il dans un moment comme celui-ci ?

L’hôte, sans même s’en rendre compte et à partir du concept de libre arbitre, va se sentir coupable de ne pas obtenir ce qu’il veut. Il va donc se sentir responsable puis va se mettre à chercher des solutions à un problème qui n’existe pas puisque cette idée de libre arbitre aura été implantée par le symbiote pour se nourrir de la frustration qui émerge chez son hôte à la suite de cette intrusion.

Que faire alors ?

L’hôte va devoir entrer dans un travail de « sevrage » par rapport à cette idée et observer ce qui se déroule en lui, malgré lui.

Qu’est-ce que ça génère ?

Par nature et comme énoncé en début d’article, le « symbiote » qu’est l’ego va se nourrir de ce que veux son hôte. A travers l’idée de « libre-arbitre », l’hôte va se mettre à vouloir sans discontinuer, comme un junkie croyant se faire du bien. Du fait d’observer le fonctionnement du symbiote, son hôte n’est pas en train de le nourrir, alors le sevrage commence… Comment s’en défaire…?!

Par définition, un sevrage n’est pas quelque chose de rapide et de facile. Il y a alors un véritable travail qui commence mais il ne s’agit plus d’un travail dans le sens de ce symbiote ! Il s’agit d’un travail d’observation, ici et maintenant ! Pas hier, pas demain... Ce n’est plus de la projection du monde merveilleux ou désastreux de l’ego ! C’est une observation chiante, pénible, déprimante, sans but, sans espoir ou perspective… Il s’agit d’un sevrage « sec » qui va assoiffer le symbiote. Son principe est complexe lorsqu’il est en place et qu’il aveugle son hôte mais est d’une simplicité déconcertante lorsqu’il est vu : ***Il se nourrit de ce que veut son hôte*** Il « suffit » alors de ne plus le nourrir.

Rechute

La complexité de ce mécanisme egotique ferait maintenant croire que l’on peut « choisir » de ne plus le nourrir… Alors c’est la rechute instantanée ! Non, son hôte ne peut choisir, car il s’agit d’un concept du symbiote lui-même. Par contre ! Son hôte peut OBSERVER ! Ceci ne nécessite aucun concept de choix, car c’est déjà ce qui est. L’humain ne fait qu’observer, constater, voir et découvrir ce qui déjà, est.

La conscience, l’évidence

Le voile de l’illusion implanté par le symbiote tombe par la simple observation de ce qui est, telle est l’évidence de la conscience.
Lorsque tu te sens mal, observe ceci (le fait que tu te sentes mal), ne cherche pas des « solutions » à ce mal, car tu ne feras que renforcer le « symbiote »…

Conclusion

La force qui fait tomber le voile de l’illusion est passive, nonchalante, sans le moindre désir, sans idée derrière la tête, pacifique, détachée de résultat, détachée de tout concept de réussite ou d’échec, de liberté ou d’arbitrage... C’est la vie elle-même. Une puissance innommable et d’une douceur absolue, d’une discrétion affligeante et d’une manifestation sans limites. Telle est la puissance de la vie, de l’univers, de la source qui fait battre tous les coeurs, qui fait circuler notre sang et tournoyer les galaxies. Ce silence assourdissant qui fait gronder la colère de l’océan, ce bruit de fond qui te fait trouver la paix intérieure, qui t’accompagne sur la voie du milieu et te fait disparaitre pour « redevenir » la Joie du Milieu.

Christophe Heurtel

La Joie du Milieu | Éveil Spirituel


http://christopheheurtel.com/

Accompagnement vers l'éveil spirituel

Service d'accompagnement individuel en coaching de vie et en coaching spirituel.

Je vous accompagne sur votre chemin vers l’éveil spirituel, avec douceur et clairvoyance. Votre chemin est parsemé d’embuches, de croyances et de concepts qui vont font ressentir la folie, la désillusion, le désespoir, le non-sens de la vie, l’incertitude, le vertige de l’infini, du vide… Toutes ces choses sont parties intégrantes du déconditionnement dans lequel vous êtes. Lassez-vous guider vers ce que ça cherche à travers vous, l’Unité.